Aéroport de Glo-Djigbé : Plusieurs propriétaires terriens reçoivent leur chèque

L’opération de dédommagement des propriétaires terriens du site devant abriter l’aéroport de Glo-Djigbé se poursuit. Ils sont environ une cinquantaine d’expropriés à toucher leur chèque ce mercredi 11 avril, au siège de l’arrondissement de Glo-Djigbé.

Les propriétaires terriens qui reçoivent actuellement leurs chèques sont ceux dont les parcelles sont situées dans la zone prioritaire où seront installées les infrastructures aéroportuaires. Cette opération de dédommagement est supervisée par Noël Boco, président du conseil d’administration de l’Agence nationale de l’aviation civile. A en croire ce dernier, le paiement suit normalement son cours pour ce qui concerne la zone prioritaire même si quelques propriétaires terriens ne se sont pas encore manifesté pour rentrer en possession de leur chèque. Noel Boco invite les bénéficiaires à venir retirer leurs chèques puisque l’équipe mise en place à l’arrondissement de Glo-Djigbé en a pour trois jours. Quant à la deuxième zone, le président du conseil d’administration de l’Agence nationale de l’aviation civile a signalé que les travaux d’enrôlement ont débuté. Il en a profité pour inviter les indécis à se faire enrôler.

« Si vous ne vous faites pas enrôler, on ne saurait vous prendre en compte dans la préparation des chèques », a-t-il averti face à la réticence observée dans les rangs des propriétaires. En dehors des équipes dépêchées sur le terrain, Victorin Kougblénou, directeur de l’Agence nationale du domaine et du foncier Andf renseigne que les propriétaires de parcelles concernées peuvent se rapprocher également du secrétariat de la commission d’indemnisation et d’expropriation au niveau de son agence qu’il dirige. Une pièce d’identité en cours de validité, la convention d’achat, une photo d’identité plus le récépissé d’enrôlement sont les pièces à fournir pour être dédommagé a ajouté Placide Ayatodé, directeur des Affaires administratives et financières du ministère des Infrastructures et des Transports.

Marcus Koudjènoumè/Actubenin

Laisser un commentaire