Les membres du secrétariat exécutif national et ceux des secrétariats départementaux du Syn-Er-Bénin ont tenu leur assemblée générale, mercredi 13 février 2019 à la Bourse du travail à Cotonou. Au cœur des échangesles rappels de l’indice 1,25 que le gouvernement a promis aux enseignants retraités depuis 2011.

Les enseignants retraités de 2011 de la maternelle et du primaire réclament le paiement des rappels de l’indice 1,25. Ils appellent le gouvernement à honorer sa parole. Ils l’ont fait savoir au cours de leur assemble générale, mercredi 13 février 2019 à la Bourse du travail à Cotonou. Selon Paul Essè Iko, Secrétaire général de la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb), ça sent une marginalisation, puisque toute l’administration publique en a bénéficié. « On nous a privés de toute augmentation de salaire. Après avoir espéré, on a brandi le décret, qui, du reste ne nous exclut pas du bénéfice de 1,25 à partir de janvier 2011. Les rappels doivent être payés », a martelé le syndicaliste. A l’en croire, c’est après plusieurs confrontations entres les responsables des différentes confédérations syndicales des travailleurs et les anciens ministres Pascal Irénée Koupaki et François Abiola que l’indice 1,25, prévu par le décret 2011-505 du 05 août 2011 a été pris en faveur des pensionnés du Fonds national des retraités du Bénin. Il a précisé que l’indice 1,25 a  été accordé aux travailleurs suite à la crise alimentaire mondiale dans les années 2008-2009. Ces formateurs admis à la retraite se disent surpris d’entendre après s’être présentés au trésor public, qu’ils ne seraient ni concernés par le paiement des rappels de l’année 2011 qui est entré dans les faits à partir de janvier 2019. Ils ne sont ni concernés par les rappels de l’année 2012 qui deviendra effectif en mars prochain. Il faut noter que ledit décret avait prévu de payer le 1,25 aux pensionnés à partir du 1er janvier 2011.

 

Benjamin N. Douté (Stag)

Actubenin

Laisser un commentaire