La célébration du 59ème anniversaire de l’indépendance  du Bénin s’est déroulée dans un contexte un peu particulier marqué par une crise politique née de l’absence des partis politiques de l’opposition aux dernières élections législatives. Saisissant l’occasion, le Professeur Joël Aïvo parle, à travers un post sur Facebook, du défi à relever dans l’immédiat.

Pour le doyen honoraire de l’Université d’Abomey-Calavi, le prochain défi est celui de l’apaisement, après la célébration des 59 ans de l’indépendance du Bénin. Face à la crise politique que traverse le Bénin depuis les dernières législatives, le professeur Joël Aïvo préconise la voie du dialogue pour une sortie de crise heureuse. Car, pour la commémoration des 60 ans de la fête nationale, il rêve d’un Bénin uni et rassemblé.

Le défi, c’est l’apaisement …

Chers frères et soeurs,

Bonne fête nationale.

Ce jour, notre pays célèbre les 59 ans de son accession à la souveraineté internationale. Nous sommes donc indépendants et avons entre nos mains le pouvoir de choisir notre voie et de façonner notre destin. L’avons-nous fait comme nous le souhaitions ? Chacun fera sa réponse à la lumière de notre histoire durant ces 59 dernières années.

Au moment où nous célébrons ces 59 ans, notre pays traverse une crise politique que plus personne ne nie. Néanmoins, le Bénin reste un pays de consensus. En 1990, nous avons fait du dialogue le socle de notre renaissance. Aujourd’hui, en 2019, le dialogue reste la seule issue à nos divergences. En ce jour, symbole d’unité, j’ai une pensée pour tous ceux, parmi nous, qui souffrent d’injustice, quelle qu’elle soit et qui se battent pour leurs droits, leur dignité voire leur survie.

Malgré tout, dans un an, pour les 60 ans de notre indépendance, je rêve d’un Bénin uni et rassemblé. Je rêve, le 1er août 2020, d’une cérémonie qui rassemble toutes les forces vives de notre pays. Je vois, rassemblés autour du pays, de son drapeau et de sa devise, nos anciens Chefs d’Etats, les principaux acteurs politique, notre vaillante jeunesse…

Vous l’aurez compris, chers frères et soeurs, pour les 60 ans de notre indépendance, le défi reste l’apaisement et le rassemblement. Si nous ne parvenons pas, par le dialogue et la fraternité, à recoudre le fil de la cohésion nationale, nous compromettons la stabilité du pays, l’avenir de notre jeunesse et nos chances de développement.

Bonne fête à toutes et à tous.

Frédéric Joël Aïvo

 

Articles similaires

Laisser un commentaire