La fédération béninoise de football est encore une fois sous le feu des projecteurs avec une nouvelle affaire de détournement de fonds et de menaces.

C’était la routine il y a encore quelques mois à la Fédération béninoise de football (FBF), d’entendre qu’il y  a eu détournement, menace ou intimidation, abus de pouvoirs et autres ; on pensait que cette époque est révolue depuis l’arrivée à la tête de l’instance du foot béninois, un nouveau patron qui redirigerait les objectifs vers un pays plus rayonnant dans ce sport. Mais, selon Œil d’Afrique, un nouveau scandale vient d’éclabousser la nouvelle équipe, « l’actuel Secrétaire général, Claude Paqui et l’ex-Secrétaire Administratif, Zephirin Déguénon seraient mêlés à des détournements », écrit le média, citant des sources bien informées.

Le site d’information indique que les faits remonteraient au mois d’août ; alors que les « Écureuils » cadets devaient partir pour le Niger pour une compétition, ils « avaient bénéficié d’un soutien financier de 5 millions de Francs CFA du président Mathurin de Chacus ». Mais cette somme connaitra un saignement en chemin et ne parviendra jamais en entier aux ayants droit et pour cause, « les sieurs Claude Paqui et Zephirin auraient décidé de procéder à des retenues de 200mille francs CFA chacun sur le dos des joueurs, qui sous la menace ont dû se résoudre à ne pas réagir », révèle le site. Une pratique qui, si cela s’avère, confirmerait la thèse de plusieurs observateurs qui pensent que la nouvelle équipe dirigeante du foot béninois, n’est en rien différente de l’ancienne dirigée par Anjorin Moucharafou.

Le président nouvellement élu de la Fédération béninoise de football, Mathurin de Chacus, devrait prendre ses responsabilités face à ce genre de situation qui ne l’honore pas ni lui, ni son équipe. Pour ne pas être comptable de mauvais fonctionnement et d’un malaise certain au sein de la communauté footballistique béninoise, il urge que de Chacus prenne ses responsabilités et diligente une enquête approfondie sur ce dossier afin d’éclairer les béninois, de situer les responsabilités et surtout, de punir les éventuels auteurs d’actes répréhensibles. Le ministre des sports et le président de la république, doivent suivre de près cette affaire afin que l’idéal qu’ils ont voulu pour le sport roi au Bénin, soit atteint sans être tâché « de crimes ».

Modeste Dossou/Beninwebtv

Laisser un commentaire