Les élections législatives de 2019 sont désormais rangées dans les annales de l’histoire politique du pays. En réponse aux appels d’annulation des dites élections et à leur reprise, le chef de l’Etat devant le corps diplomatique a annoncé la fin des élections pour le compte de la huitième législature.

Le chef de l’Etat, le président Patrice Talon a fait évoluer le débat sur les élections législatives de 2019. Ce fut dans la matinée du vendredi 31 mai 2019 où il a reçu au palais de la République, le corps diplomatique accrédité au Bénin. En présence de ces diplomates, le chef de l’Etat a affirmé que les élections législatives sont désormais terminées. Un message simple mais chargé de significations.

Ainsi, en affirmant devant le corps diplomatique que les élections sont terminées, le chefs de l’Etat implicitement est certainement entrain d’affirmer que le débat ne doit plus concerner la reprise du scrutin. C’est aussi une réponse aux acteurs politiques qui continuent d’appeler à l’annulation des élections du dimanche 28 avril 2019. Rappelons que cette annulation fait partie des conditions posées par l’opposition pour répondre à un éventuel appel au dialogue. C’est donc une réponse tacite qui voudrait dire, je tends la main mais il n’aura pas d’annulation d’élection.

Faut-il le rappeler, la constitution de 1990 donne le pouvoir au président de la République de convoquer le corps électoral pour désigner les membres des institutions. Il a aussi la prérogative d’annoncer la fin des élections lorsque les différentes institutions et organes impliqués dans l’organisation du scrutin finissent leur mission.

Une bonne nouvelle pour l’opposition malgré tout

Les forces de l’opposition peuvent espérer participer aux prochaines élections sous le régime de la rupture. Écartées des élections législatives du dimanche 28 avril dernier, elles n’attendent que la volonté du gouvernement à leur remettre les pièces administratives pour qu’elles continuent le combat électoral. Mais depuis, le ministère de l’intérieur qui est habilité à délivrer le certificat de conformité introduit par la cour constitutionnelle le 1er février 2019 reste muet. Les différents appels de l’opposition sont restés sans succès.

Mais, devant le corps diplomatique accrédité au Bénin, le premier citoyen, Patrice Talon, a fait une promesse non moins importante. Le ministre de l’intérieur sera instruit, dans les tout prochains jours, pour faire des diligences nécessaires afin de délivrer le certificat de conformité à tous les partis de l’opposition qui en ont fait la demande. Si cette promesse se concrétisait, Patrice Talon aura répondu à l’un des préalables pour aller vers le dialogue qu’il a tant prôné.

Beninwebtv

Laisser un commentaire