Le président du Cos-Lépi, député de la mouvance était l’invité de l’émission Zone Franche du dimanche 11 novembre 2018. Entre autres sujets abordés, Janvier Yahouédéou s’est prononcé sur l’actualité concernant l’exil de certains acteurs politiques suite à des actions de justice dirigées contre eux. 

Pour Janvier Yahouédéou, il n’y a pas d’exilé politique sous le régime Talon. A l’en croire, ceux qui quittent le pays soit disant qui partent en exil sont dans une pure distraction. « On a connu de véritables exilés politiques sous Yayi. La plupart des exilés politiques que nous avons aujourd’hui, ont fuit la justice. Ils ne veulent pas répondre de leurs forfaits devant les tribunaux », a-t-il affirmé.

Il pense que c’est trop facile de fuir la justice de son pays et avancer comme arguments : acharnement politique et persécution par le pouvoir en place. Si à chaque fois qu’on ouvre un dossier judiciaire impliquant des acteurs, ceux-ci doivent quitter le pays, Janvier Yahouédéou pense qu’il y aura alors assez d’exilés. « Si le président Patrice Talon décide d’ouvrir certains dossiers comme ICC-SERVICE, CEN-SAD, il aura donc plus d’exilés politiques », a-t-il déclaré.

Contrairement à ce qui se dit, le député de la 7ème législature soutient que la lutte contre la corruption sous le régime de la rupture n’a rien à voir avec un acharnement politique. Pour lui, il s’agit simplement d’une volonté du Président Patrice Talon d’assainir la gouvernance des ressources publiques. Par ailleurs, le député promet d’attirer l’attention du Chef de l’Etat, si dans cette volonté de lutter contre la corruption, il y a des insuffisances qui s’y glissent. « Le jour où je sentirai qu’il fait mal,  je lui dirai », rassure-t-il.

Beninwebtv

Articles similaires

Laisser un commentaire