Une fois encore, les députés membres de la Minorité parlementaire ont été privés de parole, ce lundi 24 septembre 2018, au parlement. Une menace sur la liberté d’expression que regrette le premier Vice-président de l’Institution parlementaire, Eric Houndété.

Les députés de l’Opposition seraient-ils devenus des persona non grata au parlement? C’est bien la question qui mérite bien d’être posée au regard des agissements du Président de l’Institution parlementaire à l’endroit de ces députés qui ne partagent pas la vision du régime de la rupture.

En effet, ils ont été privés une nouvelle fois de parole lors de la session extraordinaire de ce lundi 24 septembre 2018. Le refus d’accorder la parole à ces derniers pour leur déclaration à la tribune officielle n’est pas su goût du Premier Vice-président.

Interrogé par les Journalistes parlementaires, Eric Houndété déplore cette situation. « À l’Assemblée nationale, la parole est reine et est libre. Je ne connais pas bien les motivations de cette situation, mais je pense qu’il faut regretter cela« , a-t-il insisté.

A l’en croire, la constitution reconnait que dans une Assemblée nationale, il y a une majorité et une minorité. Ainsi, la parole doit être donnée à la Minorité, si elle souhaite s’exprimer sur un sujet.

« Si les députés de la minorité souhaitent s’exprimer sur un sujet, on doit leur donner la parole. Surtout s’ils la demandent et on le leur promet« , a-t-il indiqué avant de conclure: « …je souhaite qu’elle ne se reproduise« .

Beninwebtv

Articles similaires

Laisser un commentaire