En attendant la reprise du procès conjoint de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de son ancien ministre Charles Blé Goudé, les avocats de la défense ont déposé une requête auprès de la chambre lundi afin que celle-ci ne tienne pas compte des soumissions orales présentées par la Représentante Légale des Victimes (RLV), Paolina Massidda, lors de l’audience du 3 octobre 2018.

La requête a été signée par Me Emmanuel Altit. Selon la défense, en réponse à sa demande de non-lieu présentée devant la chambre de la CPI, ladite chambre, dans sa décision du 21 septembre 2018, avait clairement demandé au procureur et à la RLV de présenter oralement des «soumissions concises et ciblées ». Une recommandation qui n’aurait pas été respectée.

« Elles ne donnent même pas un aperçu de ce que la RLV a pu développer dans ses soumissions écrites déposées le 10 septembre 2018 », relève Me Altit avant de poursuivre, « il convient de relever que la RLV n’a pas respecté les instructions de la Chambre portant sur le déroulé de l’audience des 1er, 2 et 3 octobre 2018. Il était attendu de la RLV qu’elle présente en audience et de manière concise la teneur de sa réponse écrite déposée le 10 septembre 2018 à la requête de la Défense en non-lieu total. »

Modeste Dossou/Beninwebtv

Laisser un commentaire