Le gouvernement de Patrice Talon a décidé de relever de leurs fonctions et de traduire devant un conseil de discipline, tous les chefs d’unité de sécurité ayant mal géré les fonds mis à leur disposition. Cette décision a été prise au cours du Conseil des ministres du mercredi 15 novembre 2017.

Le Conseil des ministres du mercredi 15 novembre 2017 a décidé de relever de leurs fonctions et de les traduire devant un Conseil de discipline tous les chefs d’unité de sécurité ayant mal géré les fonds mis à leur disposition dans le cadre du renforcement des capacités opérationnelles et d’intervention des unités de sécurité, exercice 2017. En effet, des irrégularités ont été découvertes lors d’une mission de contrôle diligentée du 1er octobre au 1er novembre 2017, dans les différentes unités, aux fins de vérifier la gestion desdites ressources. Et il a été relevé, au niveau de la cinquantaine d’unités de Police et de Gendarmerie, une dilapidation de plus de 60 millions de francs Cfa. Le rapport présenté au Conseil des ministres a révélé de nombreux actes de mal gouvernance. Certains chefs d’unité ont logé les fonds mis à leur disposition dans leurs comptes personnels.D’autres se sont fait délivrer des factures fictives pour justifier l’utilisation des fonds. Il y en a encore qui ont payé indûment des primes à leurs collaborateurs, détournant ainsi les fonds de leur objectif initial. Et la plupart de ces chefs d’unité n’ont pas cru devoir remplir les registres mis à leur disposition pour l’enregistrement des opérations d’achat et de consommation du carburant.L’attitude de certains chefs d’unités vis-à-vis des biens publics n’inspire pas confiance. Or, ils sont tenus de donner le bon exemple. Il faut saluer la méthode du gouvernement qui consiste à doter les structures de moyens et surtout à veiller au bon usage aux fins indiquées.Ces sanctions à l’encontre de ces Chefs d’unité ne doivent en aucun cas remonter les forces de sécurité contre le pouvoir qui lutte pour que les efforts du gouvernement puissent les impacter positivement.Le gouvernement promet continuer les vérifications dans d’autres unités.
A.T

Laisser un commentaire