Le mystère sur la probable candidature du Chef de l’État béninois à sa propre succession en 2021 est toujours d’actualité. Le premier numéro du magazine « Bénin Révélé » édité par le gouvernement en début de semaine y a consacré deux (02) pages. En effet, même si le magazine « Bénin Révélé » n’a fait que replonger les lecteurs dans un passé récent où le Chef de l’État Patrice Talon a laissé parler son cœur sur la question, le sujet fait toujours objet d’une préoccupation particulière dans les milieux politiques du pays aussi bien dans le camp présidentiel que de l’opposition. Mais quoi qu’on dise, le mystère continue et Patrice Talon reste la pierre angulaire de l’arène politique béninoise.
« La question d’une candidature éventuelle en 2021, je pense que pour moi-même, elle serait indécente. Pourquoi ? Je viens de subir une épreuve de santé qui me fait voir la vie autrement. Donnons le meilleur de nous-mêmes à chaque instant. Je voudrais pouvoir prendre de bonnes décisions pour agir en bonne conscience de ce qui est bon et de ce qui est mauvais pour que mes choix soient pertinents. Je voudrais avoir la lumière de prendre les bonnes décisions à chaque instant », avait laissé entendre le Président Talon lors de sa rencontre avec les Béninois de la diaspora à paris le 07 octobre 2017.
Élu sur sa volonté de faire un seul mandat à la tête du Bénin, Patrice Talon avait initié un projet de réforme de la constitution du pays pour institué le mandat unique en République Bénin. Un projet de réforme rejeté par l’Assemblée nationale le 04 avril 2017. Ce rejet, du moins inattendu, a amené le Chef de l’État Patrice Talon à brouiller les cartes et semer le doute dans le cœur des acteurs politiques du pays. Dans la foulée, son avocat personnel, devenu le ministre de la Justice dans son gouvernement, a fait savoir au cours d’une réunion secrète que le régime Talon fera la politique avec « la ruse et la rage ». Et dès lors, le discours politique du Chef de l’État change.
« Ce que je ferai en 2021 relève désormais de mon opinion personnelle, de la vie, de mes ambitions, de mes challenges en ce moment-là… Est-ce que je tiendrai, malgré tout, à cette promesse que je me suis faite de dire ? « Cinq ans, c’est beaucoup dans la vie d’un homme en termes de sacrifice », ou bien est-ce que je dirais à ce moment-là « Je me sens encore capable de sacrifice ». Je ne sais pas si je serai dans cette dynamique », avait fait savoir le Chef de l’État aux Béninois de la diaspora à Paris. N’ayant pas d’aversion pour la fonction présidentielle encore moins l’effort, Patrice Talon apparaît désormais comme le redoutable animal de la classe politique béninoise.

Laisser un commentaire