Le ministre d’Etat chargé du plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané a procédé dans l’après-midi de ce jeudi 02 novembre 2017 à la mise en service de 203 nouveaux véhicules dans le cadre du projet Bénin Taxi. Cette mise en service amène à 253 véhicules pour la flotte au lieu des 300 annoncés.

« Voici quatre mois exactement que nous avons procédé au stade Mathieu KEREKOU, au lancement du projet Bénin Taxi qui démarrait avec une première vague de cinquante (50) Taxis. L’expérience a été riche de leçons et on peut affirmer aujourd’hui, que le projet Bénin Taxi répond à une attente des Béninois », s’est réjoui le ministre d’Etat. Car pour lui, les feedbacks et échos qui parviennent au Gouvernement de part et d’autres, de l’intérieur du pays comme de l’étranger, sont encourageants et font ressortir que les cinquante premiers taxis se trouvent très insuffisants face à la grande attente qui s’est révélée. Il a également saisi l’occasion pour prodiguer quelques conseils aux bénéficiaires de ce projet. « Je voudrais vous conseiller vivement de vous inspirer des expériences de vos prédécesseurs et de prendre soin des véhicules qui vous seront confiés ; car comme il est inscrit dans le contrat que vous avez signé, ces véhicules seront votre propriété dès que vous finirez le remboursement forfaitaire décidé », leur conseille-t-il.
Assan Séibou, le directeur du Centre de Partenariat et d’Expertise pour le Développement Durable (Ceped) a justifié les 203 véhicules mis en service au lieu des 250 prévus, par des problèmes de défaillances et de désistements de certains artisans. « Vous aviez annoncé 300 taxis pour la flotte et il apparaît donc que 253 seront actifs à partir d’aujourd’hui. Je veux rassurer tout de suite les uns et les autres que les 300 taxis sont tous disponibles ici à Cotonou et que les 47 restants seront lancés dans quelques semaines », a précisé le directeur du Ceped. Il n’a pas manqué de remercier le Chef de l’Etat et le ministre d’Etat pour la confiance faite au centre dont il assure la direction en lui confiant « le pilotage du fabuleux projet qu’est ‘’Bénin Taxi ‘’ ». Pour lui, le projet Bénin Taxi a vaincu la fatalité de la résistance à l’innovation qui semble caractériser le Bénin. Il n’a pas manqué de revenir sur l’expérience des 50 premiers artisans qui ont apporté selon lui des résultats encourageants.
« Si le premier défi a été d’ordre psychologique au niveau de l’opinion, l’un des plus importants a été celui technologique. Ainsi, le matériel à bord des véhicules après les premiers essais sont entrain d’être recalibrés et reconfigurés par rapport au dispositif électronique du véhicule car les tablettes à bord ont signalé surtout des défauts de charge », fait-il remarquer.
Armel TOGNON

Laisser un commentaire