RDC : Antonio Guterres demande à Kabila de démissionner

Le secrétaire général de l’ONU a demandé à Joseph Kabila, président de la République démocratique du Congo (RDC), de quitter son poste de façon pacifique conformément à  un accord intervenu fin 2016.

Les commentaires d’Antonio Guterres tard dimanche sont survenus après que les forces de sécurité eurent tué au moins sept personnes et arrêté plus de 120 personnes lors des manifestations contre le régime de Kabila.

Les manifestants catholiques se sont rassemblés dans la capitale, Kinshasa, et dans d’autres villes après la messe dominicale pour demander à Kabila, dont le second mandat a pris fin en décembre 2016, de démissionner.

Il y a un an, le président s’est engagé à tenir une élection pour choisir son successeur d’ici la fin de 2017. Ce vote a maintenant été reporté jusqu’au 23 décembre 2018. Ceci a soulevé des inquiétudes que Kabila essayera d’enlever des limites de mandat constitutionnelles qui lui interdisent de courir encore et d’étendre son règne.

Dans un communiqué, M. Guterres a exhorté tous les acteurs politiques congolais à rester pleinement attachés à l’accord politique du 31 décembre 2016, qui reste la seule voie viable vers la tenue d’élections, le transfert pacifique du pouvoir et la consolidation de la stabilité.

Le Secrétaire général de l’ONU a également appelé à la retenue, exhortant les forces de sécurité à «défendre les droits du peuple congolais à la liberté de parole et de réunion pacifique».

‘Ce gars doit partir’

Kabila, au pouvoir depuis 2001, dit qu’il restera au pouvoir jusqu’au vote de décembre 2018 pour expliquer les retards dans l’inscription des électeurs. Cependant, les dirigeants de l’opposition ont demandé à Kabila de démissionner.

« Nous disons à tout le monde, partout dans le monde, que ce type doit partir » , a déclaré dimanche le leader de l’opposition, Martin Fayulu. « Ce mec n’aime pas le Congo, ce type n’a rien à voir avec le Congo et son temps est écoulé. »

Lors des rassemblements de dimanche, des responsables de la police et de l’armée de Kinshasa ont « réprimé des manifestants pacifiques », a déclaré une coalition de groupes de défense des droits de l’homme, entraînant des morts, des blessés et des arrestations arbitraires.

Avant les manifestations, les services Internet et SMS étaient fermés par le ministère des télécommunications.

Modeste DOSSOU / Beninwebtv

Laisser un commentaire