Le Syndicat des transporteurs et importateurs nouveaux associés du Bénin (Syntra- Inab) était en conseil national le samedi 21 octobre 2017 à Bohicon. Depuis l’hôtel Nifur où s’est tenue la réunion extraordinaire qui a marqué le premier anniversaire de naissance de ce syndicat, RabiouGarba, président, a délivré un message qui montre à la fois son attachement aux intérêts des syndiqués et en liaison avec le président Patrice Talon.

L’un des messages forts adressés par le président du Syntra-Inab à l’assistance samedi a été de tout faire « pour chercher dans le Programme d’actions du gouvernement, ce qui concerne les transporteurs et l’accompagner pour sa réussite ». El hadj RabiouGarba n’entend pas rester en marge de ce programme du président Patrice Talon dont il épouse entièrement la vision. Pour ceux qui ne le connaissent pas, RabiouGarba n’est pas un homme qui évolue selon le sens du vent. Il est toujours logique dans ses convictions et se rétracte lorsque ça ne va pas. Il ne manque pas de dire la vérité lorsqu’il le faut. Et c’est d’ailleurs les raisons pour lesquelles il a le soutien de ses syndiqués qui l’ont porté depuis un an, à la tête du Syntra-Inab. Son soutien à Patrice Talon n’est pas aveugle. Et il l’a toujours dit.
L’assise de Bohicon s’est tenue un an après la naissance du Syntra-Inab pour faire le point et lancer des défis pour le futur. « Il est bon de marquer un arrêt pour évaluer et savoir ce qui a marché, ce qui n’a pas marché et définir ensuite, des perspectives », a indiqué El hadj Garba à l’ouverture des travaux. A l’actif du bureau directeur, il y a eu trois faits essentiels primo, la participation avec succès à la campagne cotonnière 2016-2017 au moment où d’autres transporteurs appelaient au boycott secundo, le plaidoyer auprès de la Sodéco pour la hausse du prix du transport et l’établissement à temps des chèques. Enfin, les actions de sensibilisation des transporteurs et d’éveil de conscience des autorités pour une application en douce du Règlement n°14 de l’Uemoa. A ces actions phares, s’ajoutent la bataille pour la suppression d’une taxe de 50 mille francs Cfa infligée aux camions au port autonome de Cotonou, l’intervention du syndicat auprès de Atral pour l’établissement rapide des appelés pour l’entrée au Port autonome de Cotonou etc.
Outiller les transporteurs au syndicalisme
Au cours des travaux de ce conseil, les transporteurs, militants du Syntra-Inab, venus de tous les départements du pays, ont été formés sur l’entretien syndical, la liberté syndicale et la protection du droit syndical. Ils ont été entretenus par Pascal Todjinou, ancien secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb) qui a reconnu publiquement les qualités de RabiouGarba. « C’est un homme éclairé, expérimenté, un ardent défenseur du secteur des transports qui, pendant seulement une année de gestion, a réussi à faire du Syntra-Inab un syndicat très crédible », a dit Pascal Todjinou. Thomas Agbéva, Directeur général de l’Agence nationale des transports terrestres (Anatt), au nom du ministre des Infrastructures et des transports, est allé dans le même sens. Pour lui, ce syndicat s’est toujours inscrit dans la démarche du dialogue avec le Gouvernement et fait des propositions pour le rayonnement du sous-secteur du transport au Bénin. Il a profité de la même occasion pour inviter les transporteurs à se rapprocher des bureaux départementaux de l’Anatt pour remplir les formalités, en vue de l’obtention de la carte de transporteur. Que ce soit le représentant du Maire Atrokpo ou Armand Gansé, tous ont salué le mode de fonctionnement du Syntra-Inab. Le bureau départemental du Zou a été installé et de fortes résolutions ont été prises pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des membres, à la fin des travaux.
F. F

Laisser un commentaire