Le Chef de l’Etat tient au respect dutexte fondamental de la République. Il l’a martelé plusieurs fois lors de sa sortie médiatique, jeudi 11 avril 2019 sur la télévision nationale.Selon lui, il n’est pas question de prendre une ordonnance pour organiser les élections. Cela consisterait à donner un nouvel ordre politique au processus électoral. « Et il ne revient pas à un homme, fut-il Président de la République, de décider par lui et lui seul, d’un processus électoral », a-t-il précisé.Le président Patrice Talon a souligné que même si l’article 68 de la Constitution permet au Chef de l’Etat de prendre des mesures exceptionnelles en cas de blocage des institutions, il ne parle pas des prérogatives du président de la République à utiliser la voie de l’ordonnance pour agir.De plus, le président Talon a rejeté toute proposition d’organiser une conférence nationale. A son avis, convoquer une conférence à caractère décisionnel serait remettre en cause l’ordre constitutionnel. « La Constitution n’a prévu que deux voies de consultation du peuple : le Parlement et la voie référendaire », a précisé le président de la République pour expliquer qu’une conférence ne s’aurait être décisive dans ce cas.Par contre, le Chef de l’Etat pense avoir entrepris des démarches pour la recherche du consensus, s’il faut donner un caractère consultatif à une telle conférence.Patrice Talon a été clair sur le respect des textes que le peuple s’est lui-même donné. « Si la cité devait fonctionner ainsi à chaque controverse, on déroge à la Constitution », a déploré le locataire de La Marina.

 

Donald Kévin Gayet (Coll)/Actubenin

Laisser un commentaire